Grand Feu

La tradition du grand feu dans nos villages ardennais( Gaëtan Plein , conteur ardennais )

C’est toujours le même cérémonial depuis la nuit des temps . Les allumeurs boutent le feu au bûcher. Les flammes montent à l’assaut de « Bonhomme hiver ». Bientôt le bûcher n’est déjà plus qu’une immense torche. Il continuera à brûler jusqu’au petit matin.

Historique :

Dans la mythologie grecque, Prométhée avait dérobé le feu aux hommes. On l’avait puni en l’enchaînant à un rocher ou un aigle lui dévorait le foie. Vulcain , le forgeron boiteux , avait aussi son mythe . Le feu a toujours un côté satanique et paradoxal . Il fait peur et en même temps , il purifie . Vulcain , est un dieu énigmatique . Il avait un air repoussant . Mais cela ne l’avait pas empêcher de séduire Aphrodite , la plus belle femme de l’Olympe . A Delphes et Athènes , on entretenait un feu sacré .

On connaît aussi la tradition , à Malmedy, et dans les Cantons de l’Est . Le soir du 10 novembre, c’est le feu de la Saint Martin . Trois feux sont allumés dans des endroits différents bien visibles de la ville. Cette tradition dans la cité de la Warche remonte avant la Révolution Française (1789) . Le Prince-Abbé de Malmedy se voyait contraint d’interdire l’allumage du feu de la St-Martin en 1763.

Vers 1920, les comités de quartiers s’étaient constitués afin de faire renaître cette tradition. Les adultes font du « porte à porte » en vue de l’obtention de généreux dons : vieux meubles , poutres ou petits bois . En contrepartie, les enfants reçoivent le soir du feu, des friandises. Ces préparatifs sont connus sous l’appellation « les hèyes ». Les habitants chantent l’air populaire « C’è-st-û-lu veûye du Sint-Martin ».

Une tradition antique :

Les grandes fêtes des Gaulois correspondent à certaines fêtes que nous célébrons encore aujourd’hui. A l’époque de notre Noël, c’est-à-dire au solstice d’hiver, on allumait, la nuit, des feux sur les montagnes, en l’honneur du dieu du soleil, Belen .

On se livrait ensuite aux danses et aux festins.

Dans la nuit du 1er au 2 novembre, on célébrait la fête du feu nouveau . Tous les feux étaient éteints dans toute la contrée celtique, pour-être ensuite rallumés à la flamme de l’autel. C’était aussi la fête des défunts . Cette nuit là, le dieu Teutatès procédait au jugement des morts  » . Il conduisait les uns dans  » l’abîme ténébreux « , les autres dans le  » cercle du bonheur « .

Une autre fête est la Fête de la Saint Jean , le 24 juin , date symbolique du solstice d’été . Parmi les nombreux rites qui sont associés à cette fête, certains semblent venir directement des anciennes grandes fêtes celtes . Cette nuit était réputée surnaturelle, et les feux cérémoniels. La pratique des feux de la Saint-Jean reste très vivace .

Il y a une quinzaine d’années , j’ai été convié , comme conteur en forêt de Brocéliandre . C’est un des hauts lieux de la culture celtique en Bretagne . Je me souviens de jeunes fiancés qui sautaient au dessus des cendres fumantes . Les paysans s’enivrent et font la ronde au hameau de Théorantec , non loin de la fontaine de Merlin.

Je me souviens aussi lors de mon trek le long de la Grande Muraille en mars dernier . Mon guide chinois avait évoqué l’anecdote suivante : les tours , les plus hautes s’allumaient de feu comme moyen de communication quand l’ennemi mongol était en vue .

Il y a deux ans , en février , j’ai eu le bonheur avec un ami russe de Saint Pétersbourg de passer trois jours dans sa cabane par moins 25 ! Il me racontait une anecdote d’un étudiant pauvre vers 1.900 , qui se plaignait à son propriétaire . Il mourait de froid dans sa chambre mal chauffée au 3ème étage . Son propriétaire , philosophe , tout aussi pauvre que lui , lui avait donné une bûche noueuse . Le pauvre étudiant voulu couper la bûche pour qu’elle puisse entrer dans son poêle . Au bout d’un temps il du y renoncer . « Vous vous moquez de moi , j’ai tenté pendant une heure de couper votre bois , regardez , je suis en nage » Et bien justement , répondit le propriétaire , chaque fois que vous aurez froid , vous n’aurez qu’à tenter de couper cette bûche !

Mais le plus beau spectacle de feu auquel j’ai assisté , c’est dans les îles d’Aran , au large de Galways (Irlande) . C’est un usage ancien de pêcheurs lors des marées exceptionnelles . Ils allument , d’une île à l’autre , peu avant l’aube de grands feus , qui précèdent le lever du soleil …

Gaëtan Plein , conteur ardennais
Andrimont 42 B-4987 Stoumont
gaetan.plein@skynet.be
Téléphone : (32) 80-511 991
GSM :0478 240 685
www.animationtouristique.com

15928 commentaires


    Fatal error: Allowed memory size of 134217728 bytes exhausted (tried to allocate 10223660 bytes) in /home/linkbelbvv/www/lavallonia/wp-includes/class-walker-comment.php on line 190